Franconphonie

Bienvenue sur mon blog

7
oct 2006
Posté dans culture, poésie/arts par eljerroudi à 4:09 | 1 réponse »

Photo 035.jpg

 

Quand la mémoire
se déshabille
pour montrer du doigt
les lieux
où l’eau et le feu
se rencontrent

Le pain répand
son parfum
et raconte
la sueur du temps

Sueur blanche
comme le lait
Qui ne saurait
se transformer
en un caillot

de haine…!

Sueur noire
comme le musc
qui ne saurait
se transformer
en un jardin

de ténèbres…!

 Mohamed El jerroudi

6
oct 2006
Posté dans culture par eljerroudi à 1:08 | Pas de réponses »

Photo 038.jpg

Quelque soit
la couleur de ma peau
J’appartiens à un pays
qui est le mien
qui surpasse l’infini
où les Océans se prosternent
devant la lumière divine
face au coucher du soleil

Ma parole nue n’a que faire
d’un chemin à sens unique
Elle se souvient bien de l’exode

Alle fera le tour de la terre
pour me rapporter un baiser chaud
de chaque CONTINENT…!

© Mohamed El jerroud

4
oct 2006
Posté dans culture par eljerroudi à 1:15 | Pas de réponses »

Photo 034.jpg

C’est parceque
je n’ai pas oublié
l’existence des autres

que le sang
de ma porpre chair
demande
à ce que ma parole
me soit rendue

Aurais-je besoin
de rappeler
que le soleil brille
pour tout le monde….?

Celui qui est né
au sommet
d’une montagne
a son coeur gravé
sur chaque pierre

Qoi qu’il en soit
son coeur n’a pas abandonné
son premier soupir
sur les vagues
de l’oubli.

© Mohamed El jerroudi

3
oct 2006
Posté dans culture, culture par eljerroudi à 9:40 | Pas de réponses »

rumeur.jpg

 Voisins
de l’ombre

et la lumière
chantez-moi
votre sueur
pour que tous
les mensonges
s’inclinent
à vos pieds

Chantez-moi
le sens de la vie

Chantez-moi
le sens de la mort

Je suis assis
juste à côté
de vos tombes

Je vous
écoute.

Mohamed El jerroudi

13
sept 2006
Posté dans culture par eljerroudi à 6:15 | Pas de réponses »

Je n’ai pas choisi
La couleur de mes yeux
Je n’ai pas choisi

ma vie
ma mort 

Je n’ai pas coisi

mon nom
le nom de de mon pays
ni la couleur
se son drapeau 

Alors pourquoi
me demander des comptes
sur ce que je suis devenu
sur ce que jedeviendrai

oui
je n’ai pas choisi.
Mohamed El jerroudi
10
sept 2006
Posté dans culture par eljerroudi à 2:34 | Pas de réponses »

Toi l’enfantcroqui2
que je suis
Sans ta présence
jamais
je ne serai capable
de lire
la couleur du matin

Tu es né
dans mes yeux
entre deux vagues
chaotiques
comme un astre
flamboyant

Livre ouvert
Livre fermé

Tu m’as donné
le regret
de ne t’avoir
pas lu
jusqu’à
la dernière
page.
 

Mohamed El jerroudi

 

 

9
sept 2006
Posté dans culture par eljerroudi à 2:52 | 3 réponses »

triangle.JPG 

  Il est vrai que si le deuil normal n’est pas une maladie, il réalise cependant une sérieuse perturbation de l’équilibre habituel

Pour mon Père qui s’est éteint le lundi 03/09/06

à 22 h 7′

Mohamed El jerroudi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

9
sept 2006
Posté dans culture par eljerroudi à 12:40 | 1 réponse »

Vous qui vivez
de l’autre côté de la mer
aux regards lumineux
qui savez lire
dans la ligne de la main
les chemins du futur
racontez-moi l’usure du temps
et le secret des paroles acestrales

J’ai vu dans mes rêves
vos mains blanches
écrire
la transparence du lendemain
sur les visages des voyageurs
qui cachaient leurs larmes
au moment du départ

J’entends encore
le murmure des vagues
se mêler
au sel de vos sourires
et le vent de l’Est caresser
avec ses doigts vos chevelures

Dites-moi papillon du Détroit
pourquoi
nos jours passent devant nos yeux
comme des étoiles filantes
et notre vie
est tellement courte

très courte…!

Mohamed El jerroudi

8
sept 2006
Posté dans culture par eljerroudi à 8:13 | Pas de réponses »
8
sept 2006
Posté dans culture par eljerroudi à 7:47 | 1 réponse »

là où les coeurs se rencontrent
les chuchotements de la nuit se taisent
seuls les regards lumineux habitent
le silence des étoiles

ici un oeil récalcitrant refuse
d’accompagner le coucher du soleil
là-bas un vent enragé
bouscule la peur du soir

les portes de l’âme
s’ouvrent à toutes les bouches
bouches avides de mystère
bouche avides de lait maternel

chaque bouche a son mot à dire

les lèvres sont à bout de force
pour éteindre la soif de la terre
soif
qui se répand comme un feu
sur la poitrine d’un amant
disparu
au milieu de la nuit.
Mohamed El jerroudi

12

MES AQUARELLES |
jador-les-chevaux |
PERLES A GOGO... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | maloë blog
| Lucienne Deschamps - Comedi...
| HEMATOME